« Debieravinça ! »


La veille : Un parent ne comprend pas le message « Ne pas répondre à ce message » et envoie donc un message aux 32 autres familles…

7h52 : Quelque part en France, une personne qui s’appelle Jean commande un café et le monde se demande : Va-t-on voir un couple se former ? Va-t-on tomber en panne ? Va-t-on découvrir que Bruno, le patron du camping, s’appelle en fait Véronique ? Kevin arrivera t’il a retrouvé le miel de Thym à Ille-sur-têt ? Oyanna qui n’est pas là va-t-elle perdre ses lunettes ? Kylian sera-t-il amoureux cette année ?  Va-t-on monter une tente 2 secondes en 1,59 seconde ? Qui fera un tour avec la voiturette de Bruno ? Tant de suspens et si peu de réponse. Jean boit son café. 

7h58 : Il est tôt. Tôt ? Pas vraiment … Une joyeuse troupe béarnaise résiste encore et  toujours au 
sommeil et ouvre doucement leurs yeux. 

8h22 : Le grand ballet des paupières continuent un peu partout à fleur de Pau ! 

8h56 : Animateurs et enfants arrivent tranquillement impasse Nederpeld de manière échelonnée mais néanmoins joyeuse. Oui, l’opposition de ces deux adjectifs n’a aucun sens, mais depuis le temps, vous savez que ces résumés de camps n’ont spa tuojuosr de snes ! 

9h03 : Une partie de Tetris acharné commence entre Kévin et les minibus. Tandis que d’autres animateurs jouent à #IlManqueUnPapierMaisCaVaAller ! Le Tetris se déroule à merveille, presque trop facile, un peu décevant du coup ! 

9h43* : « Roger ? Présent ! Henriette ? Présente ! Hector ? Présent ! Anatahlie ? Présente ? …. Berthe ? Berthe … ? Il manque Berthe. Voici venu le temps, non pas des cathédrales, mais de l’appel ! 
(*Par soucis d’anonymat et pour éviter les « Pourquoi tu m’as pas cité moi », les noms ont été changés, avec goût. Et oui Anathalie existe vraiment.) 

10h04 : Il est l’heure du grand départ !  Nos quatre fidèles destriers sus nommés : Vaillant « Le Bleu », Black Panthère, Edouard « Le Déluge » (Le véhicule de location de Leclerc) et Maussade « Le Gris », prennent le chemin de Vinça … ! 

10h05 : Une petite pensée pour Gris « La tempête » qui est toujours en panne dans la ville Rose ! *

10h16 : nous entrons tous sur l’autoroute. Tous ? non un de nos 4 meilleurs anim cale dans un rond-point, et arrive donc un peu plus tard là où nous étions. 

10h26 : on est désormais bien loin de tous nos tracas, les 4 véhicules fendent l’air à 110 km/h. ETTTT OUIIII on a des limitateurs de vitesse, ça change une vie. Alex, lui à la chance de conduire ce mini-bus bleu vers son dernier camp à Perpi. 6 ans déjà, snif. Il n’a pas le Bluetooth, ni le limiteur, la clim oui. 

10h27 : les 3 autres animateurs se demandent comment on peut faire autant de boutons dans un véhicule pour humain. Le mode décollage en statique est vraiment chouette. 

11h54 : un petit bouchon, c’est bien, sinon on arrive trop en avance, du coup on se baigne trop longtemps, on sort la peau trop friper. Oui on vote pour les bouchons. 

Midi 06 : on pense à Catherine. Oui depuis 2013 on fait cette blague, et on continuera contre vent et marée. (Oui au singulier, car franchement à la deuxième marée on se posera la question quand même.)

12h08 : pause Pipi, chacun son toilette, distanciation sociale pour cause de Covid oblige

12h10 : on prend la route vers une aire d’autoroute plus mieux pour un pique-nique frugal….

12h32 : Bon, on roule, tout ce passe bien. Du coup on ne sait pas quoi dire quand tout ce passe bien. On n’a pas l’habitude. Rien, pas un petit bouchon, pas d’accident, ni d’incendie, les gens qui nous doublent sont normaux, pas de panne. Non vraiment je vais plutôt parler de la recette de la crème catalane. Une des rares spécialité de la région de Vinça avec le fouet Catalan  (de la charcuterie), le Jean Castex (du premier ministre qui est maire à côté de Vinça) et des orgues d’ille sur têt. 

Portez le lait à ébullition avec le sucre au fond

Prélevez le zeste du citron et de l’orange, et faites les infuser dans le lait chaud avec la cannelle et la vanille fendue pendant 10 minutes hors du feu en couvrant

Séparer les blancs des jaunes, et délayez la maïzéna dans les jaunes (les blancs ne servent pas dans cette recette)

Versez le lait chaud sur les jaunes, puis remettez le tout sur le feu à épaissir en remuant sans cesse avec une spatule

Lorsque la consistance est celle d’une crème, versez la crème dans des ramequins individuels

Réservez la au frigo

Avant de servir, saupoudrez d’une fine couche de sucre et caramélisez avec un chalumeau de cuisine

Parlez catalan

12h42 : on s’arrête dans une aire d’Autoroute noté B au nustriscore des autoroutes pour la qualité de ses bancs, des glissières de sécurité, du gel hydro à disposition. 

12h42 encore : on mange chacun son repas, même on passe, pour leurs sécurités, gouter les chips des jeunes. 

13h23 : 4 cafés pour les nous svp M’dame

14h : Mattéo dans un excès de boulimie sucre son café. 

14h encore : tiens il était 14h tout pile. Enfin peut être. Vous savez les heures et nous… En plus ça change tout le temps. 

14h12 : aller on reprend la route et on voit, comme disent certains, un gros château sur notre gauche. Bref on est à Carcassonne

14h23 : toujours rien, Du coup on ne sait pas quoi dire quand tout ce passe bien. On n’a pas l’habitude. Rien, pas un petit bouchon, pas d’accident, ni d’incendie, les gens qui nous doublent sont normaux, pas de panne. Non vraiment je vais plutôt parler de Rene drague, Le maire de Vinça. Saviez-vous qu’il est deuxième vice-président de la Communauté de Commune de la vallée du Conflent ?  Saviez-vous qu’il a dû morfler au collège à cause de son prénom René. Et de son nom encore plus.  

Vous le saviez pas ? ne serait-ce pas un petit manque de culture générale de votre part ? 

16h03 : tiens à droite, il y a des autruches. 

16h28 : avec 2 minutes d’avance sur 16h30 nous sommes au camping. 

16h32 : Véronique nous accueille au camping. Pas de bracelets car y’en a plus, mais bon ces bracelets ont un intérêt médium sur le classement international des bracelets de camping. 

16h33 : pas de wifi pour les jeunes ils ont de la 4 G

16h34 : nous avons les emplacements 97-98-99, de belles années. Pour vous ça veut rien dire du tout, mais pour nous ça veut dire beaucoup, ça veut dire qu’on était libre heureux d’être là malgré tout. 

16h35 : Le camp est en cours d’installation, on a les meilleurs emplacements, les enfants sont content, le lac voisin aussi. Sauf Gabin qui nous sort sa phrase de vieux préféré «  c’était mieux avant ». Il a 12 ans et épargne déjà pour sa retraite. 

17h22 : Le piquet bleu ?  c’est à l’envers ? les sardines sont dans la boite ?  le maillet ? Apportez un chaman, le sol est trop dur il faut de la pluie. 

17h29 : on va se baigner dans le lac. Alex se fait une joie d’apporter la liste à la maitre nageuse aux yeux plus bleus que le lac, à la peau plus douce que les cailloux du fond de lac, aux cheveux plus laqués qu’un canard,  à la langue plus râpeuse que le ponton, à la voix plus douce que la température de l’eau et sourire plus ravageur que la réverbération du soleil sur l’eau. Bref, elle a la liste. 

18h06 : Mael, essaie de pousser Alex et sa serviette dans l’eau. Il n’y arrive pas, il est encore frele et devra revenir dans  20 kilos. Alex le vengeur lance Maël dans l’eau, Malheureusement il a dans sa main la serviette d’Alex. Frêle mais malin. 

18h12 : tout le monde est hors de l’eau après avoir été dedans. 

18h13 : Bruno vient nous dire bonjour au lac. On papote quoi. 

19h16 : les enfants se lavent, s’habillent en vue d’une soirée qui existe. 

19h29 : Tout le monde est là, tous non, Kylian déjà amoureux, part savoir de qui il est déjà amoureux. 

19h49 : petite balade pré digestive, on part au Snack pour manger le meilleur diner de notre journée.

19h53 : les jeunes parlent de tout et de tout, les anims sont eux en plein travaux de programme de la semaine. 

20h63 : on a mangé, repas noté 6 papailles ( car les pailles c’est interdit) sur notre classement des meilleurs snacks de Vinça pour la qualité de son caybotie ( ça s’écrit pas kome ça, mais comme s’ écrit pas comme ça aussi, et puis il est tard merde !!!)

21h 03 : on a mangé, repas noté 6 papailles ( car les pailles c’est interdit) sur notre classement des meilleurs snacks de Vinça pour la qualité de son caybotie ( ça s’écrit pas kome ça, mais comme s’ écrit pas comme ça aussi, et puis il est tard merde !!!), pour la fraicheur des cannette, pour l‘ouverture facile des glace et la localité des tomates grappe.

22h12 : on est en plein mot du jour, le bilan de la journée. Tout va bien, les enfants sont contents, les anim et le lac aussi. 

22h 23 : petite balade post-pré digestive pour rentrer au camping voisin. Mince, le code du portail. On dormira dehors. 

22h24 : c’était une blagounette, la première du résumé, on retrouve le code et les dents se lavent. Ça fait beaucoup de dents !!!

Minuit : 98 % des jeunes dorment, Oui Mané à juste le bras droit qui dort. 

Minuit bon poids : les anims mettent le résumé sur internet, et vous, vous n’allez pas lire les fautes parce qu’il est tard, et quand il est tard y’a carambar. 

Minuit 52 : les canards crient. Wikipédia : le canard ne crie pas mais caquette. Casquette caquette ?

Vous le saviez pas ? ne serait-ce pas un petit manque de culture générale de votre part ? 

On a vraiment fait la recherche mais Kévin ne comprend pas le cris du canard mais le prix du canard, information peut importante mais  on vous la donne : 4.13 € en moyenne la petite cuisse mais 13 € pour un magret. 

Jour 2, tout baigne ! 

4h56 : Il est cinq heure, et il n’y pas que Paris qui s’éveille, croyez nous ! Le marchand de sable à surement eut un problème sur sa livraison de sable la veille, les rations n’étaient pas adaptées ou le sable était de très mauvaise qualité, ou le sable n’est pas prévu pour passer à travers les toiles de tentes … 4h56, c’est tôt mais visiblement pas assez pour quelques tentes qui ont subitement décidée de parler, à moins que ce soit les personnes à l’intérieur, on vous laisse seul juge ! 

5h14 : Un des animateurs se lève pour dire à l’une des tentes parlantes : « Vous parlez moins fort ou c’est moi qui vous parle moins fort ! ». Avec le ton et en y croyant vraiment, c’est passé ! Le bruit s’estompe.

5h22 : Un canard caquette.

5h23 : Deux canards caquettent.

5h24 : Il est 5h24.

7h14 : Les enfants, enfin, vos enfants, font un peu pas mal beaucoup de bruit devant les tentes. Pas tous non, juste : * Berthe, Anathalie, Marjorie, Christian, Leopold, Tristan, Jordan, Marc, Robert, Jessy, Micheline, Clémentine et, enfin, Ignace. (Par soucis de neutralité déontologique les prénoms ont été modifié.)

8h43 : Le lait chauffe.

8h54 : Le petit déj’ est servi, au programme : céréales, jus à tartiner, pâte d’orange, pain de Chaud, Chocolat de Mie. Nous n’étions pas bien réveillés.

9h23 : Et un festin englouti avec panache et tendresse, deux adjectifs, encore une fois, extrêmement peu adaptés à la situation mais dont vous saurez puiser toute l’essence !

9h34 : La joyeuse troupe est divisée en deux : une petite équipe sera chargé de faire les emplettes* pour le midi tandis que la plus grande partie du groupe reste au campement pour parfaire son organisation ! (*selon nos sources, terme employé pour la dernière fois le jeudi 22 avril 1984 aux alentours de 11h14, par Georgette, 89 ans, retraité de la fonction publique)

10h33 : Pim, pam, pim, pam, pim, pam ! Quelques sardines se plantent avec humour ! (cf : voir 9h23 concernant l’utilisation des adjectifs.)

10h42 : Une bâche de campement est installée. C’est un peu comme une bâche pour la pluie mais pour camper.

10h48 : Nous empruntons ce magnifique chemin qui longe le lac pour rejoindre notre activité matinale : Aquagliss66. L’activité est bien mieux que son nom. Cela peut faire penser au choix par défaut que propose google quand votre adresse mail est déjà prise. Peut être que c’est exactement ce qui s’est passé au moment de choisir leur nom. Aquagliss était déjà prit, ils avaient le choix entre Aquagliss2014, Aqua_Gliss ou Aquagliss66. Ils ont choisi le moins pire.

11h08 : Les chasseurs de pique nique sont enfin de retour et rejoigne le reste de la compagnie directement à Aquagliss66 ! On va donc pouvoir démarrer notre activité ! Bouées, sauts, corde de « tarzan » nous attendent !

11h26 : Triple salto ar…Ah ben non … Quadruple vrii… Presque ! Backflop …

11h27 : Plouf. Ah, ça oui !

12h12 tout pile : un repas au Mc Do est a gagner pour celui qui passera l’épreuve des rondins mouvants. Notre charte déontologique interdit le MC do, on a donc vérifié à l’avance que c’était une épreuve impossible.  Mais chut on l’a pas dit.

13h13 : Alex et Luciano testent encore et encore, d’échec en échec !!!

13h15 : Alex monte sur un obstacle, et tombe. Mael passait par là. Dommage. Il est toujours aussi frêle.

13h22 : on regarde les montagnes tout autour de nous. Ça ne vaut pas les Pyrénées mais c’est quand même beau

13h28 : En haut de la tour gonflable ça papote sec.

13h41 : HOOOOO LA MAISON DE L’ENFANCE C’EST TERMINE crie le maitre-nageur. On s’exécute et on par vers le camping pour le meilleur pique-nique du camp.

13h46 : tiens on mange déjà à l’heure espagnole. Melon Espagnol, chips aux gouts de colorant clafouti braisé et choucroute caramélisée, jambons divers, tranche de sourire et de fromage, plateau de fruits un peu local mais pas assez ( Les bananes étaient de Montpellier)

14h01 : les animateurs rêvent : Kévin d’une sieste, Alex de la Maitre nageuse, Kevin d’un hamac et Mattéo d’une glace à l’italienne. Mais tous rêvent ensemble de deux choses : rendre le monde meilleur et avoir un café.

14h19 : petit moment guitare, pas de café et les jeunes se tartine de crème solaire.

14h29 : on retourne à l’eau, dans le lac et l’eau est toujours à la bonne température : celle de la bonne humeur et des sourires !

14h52 : Kevin perd ses lunettes dans le lac après un magnifique plageon (c’est un plongeon à plat).

15h03 : Malgré plusieurs expéditions sous marine, les lunettes reste introuvables…

15h18 : Une seule descente de Kevin aura suffi à retrouver ses lunettes ! Quelle prouesse !

15h59 : Ca saute à l’est et ça remonte sans discontinuer, c’est un ballet sans fin ! Sans fin ? Pas tout à fait.

16h49 : La baignade touche à sa fin et la troupe se divise encore en deux équipes : une première équipe de dix en partance pour le skate parc de Prades et le reste en activité douche and papotage au camping

17h48 : Ca ride au skate parc alors qu’au camping des cheveux changent de couleur … Oui, oui, vraiment. Pipo et Mario décident de se teindre les cheveux avec teinte jaune orangé avec des reflets cuivrés. Bien évidemment les noms ont été changé, on vous laissera découvrir qui c’est samedi.

18h58 : Une petite boissson est prise au centre de Prades pour l’équipe Pradienne !

19h43 : L’ensemble du groupe est de nouveau réuni pour diner ! Ce sera toujours le snack d’en face qui nous accueillera ce soir pour un repas d’un équilibre qui n’est plus prouver : Tacos. Et oui, si vous mettez un tacos sur chaque côté d’une balance, celle-ci sera à l’équilibre. Essayez, vous verrez !

21h25 : Le repas est terminé, les ventre sont pleins ! Le moment se termine par un petit brin de musique !

22h04 : C’est l’heure du mot du jour, du point positif et du point négatif, et pour faire ça, on a même réquisitionné le snack !

22h42 : On se rapproche de la fin du temps libre des jeunes et une bonne moitié de dents est nettoyée. Celle d’en bas.

23h14 : On retrouve le sac poubelle. Alex n’a jamais était aussi heureux de voir du sac poubelle !

23h15 : Les jeunes rentrent dans leur tente pour passer la meilleure nuit de leur journée.

23h32 : Enfin, si les groupes de jeunes voisins arrêtent de s’invectiver d’un bout à l’autre du lac.

23h42 : Il fait nuit mais on le savait déjà et nos 32 préférés s’endorment à petit feu doux.

1h00 : Les anims finissent le résumé et vont au lit : fatigué, heureux et parallèle. (cf : 9h23)

Jour 3 : A mi camps !

Heure indéfinie : Il est déjà le troisième jour, et on fait le bilan de mi camp. C’est un peu comme le bilan de mystère pour un bucheron. 2 points à récupérer à la Maison de l’Enfance samedi pour ceux qui ont la blague. 

Petit point donc :

Kevin n’a pas de Miel de Thym, le miel d’or d’Ille n’en a plus

Bruno est toujours là, Véro aussi.

Kyllian cherche encore mais il ne doit pas aller voir la maitre nageuse (Alex est sur le coup), ni la fille de Bruno (le patron du camping) car un jeune de 14 ans est sur les rang, je dirais pas que c’est Pablo, car ses parents lisent le résumé.

On n’est toujours pas tombé en panne. Avec un peu de chance ça va arriver

Pour la tente deux secondes on a réussi en 2 minutes

Pour la voiturette de Bruno, Axelle et Jasmine ont déjà réussi

Pas d’info des lunettes de Oyanna, mais Romane a perdu son portable.

8h12 : Les Kévin dorment mieux depuis qu’ils ont un bon matelas. Les matelas eux dorment moins bien depuis qu’ils ont un Kevin.

8h20 : les premiers se lèvent trop tôt, mais font moins de bruit qu’hier, mais quand même un peu, mais moins près des tentes mais pas assez loin, mais avec plus de monde mais pas trop quand même.

8h35 : Kevin se lève bien avant les autres anims

8h12 : Alex se lève bien avant les autres anim. SHEH !!! Il en profite pour torréfier le café pour ce matin.

8h39 : Tiens un inspecteur de Jeunesse et Sport arrive. Depuis Millau ça nous a manqué.

8h42 : Les vaccins : oui voilà, les autorisations de natation en dos crawler : oui voilà, les PAI : OUI, le protocole sanitaire spécifique aux ports du masque dans les communes du 66 : Heu, non j’ai pas ce papier ô-combien spécifique. Le nombre de mètre carré d’air au-dessus de lac divisé par le nombre d’habitants de Vinça multiplié par le nombre de narines moyen des habitants : 890 m3

Pendant ce temps-là un peu plus au nord (à notre emplacement) : Qui veut du Bacon : MOIIII, et qui veut des œufs brouillés : MOIIIII, et des épinards à la crème : NOOON. Bref on est sur du brunch sucré salé. C’est vraiment bon et revigorant pour une journée qui s’annonce bien chaude. On est même en niveau 5 incendie dû aux vents violents et aux 36°C attendus.

9h12 : la visite de l’inspecteur est terminée, elle était autant venteuse que reverberatrice. Vous noterez que les adjectifs n’ont plus rien n’avoir avec le thème de l’information associée. Mais franchement, de tout ça vous allez dire à vos collègues «  on comprends pas ce qu’ils font en camp en dehors de bouffer, se laver les dents et se baigner mais ils ont l’air de bien s’amuser ». Et comme on dit en Corée du Nord : un enfant qui s’amuse, c’est un enfant en trop. Bon vous ne connaissez pas cette expression mais comme on est le matin on se dit qu’une information Chic Corée passerai bien.

9h42 : les enfants se lavent les dents du haut

10h : l’église voisine sonne 10h. Elle est à l’heure, serait-ce un objectif d’avoir les heures à l’heure ? On vous informera aussi qu’a partir de 7h elle sonne les quarts d’heure. C’est trop, heureusement que le curé de Vinça n’a pas twitter sinon il twitterai plus que Trump.

10h02 : on est en pleine vaisselle. Heureusement Kelian* qui parle beaucoup trop fort est désigné volontaire.  * dans un souci de non anonymat les prénoms n’ont pas été changé.

10h09 : pas grand-chose mais on ne boit pas de café.

10h26 : on commence à penser à partir au marché de Vinça.

10h42 : on part au grand marché de Vinça. On en a pour 8 minutes de marche

10h50 : on est arrivé

10h56 : le marché en plein air est composé de 6 stands soit le double que le nombre de clients. Il fait chaud et le masque est obligatoire mais il faut le savoir car c’est juste marqué sur le journal qu’on lit pas.

11h02 : entre 2 tranches de chorizos, la gendarme rie arrive pour verbaliser les rares clients et sensibiliser au port du masque en plein air.

11h06 : tous nos jeunes avaient déjà le masque, 2/3 touristes autant lecteur de l’indépendant (le journal local) que nous s’excusent poliment à la maréchaussée.

11h11 : les fruits sont achetés, les melons aussi. Manque que le pain. Et No Pain-No gain.

11h59 : on part chercher du pain, du café, du vival et on les trouve à l’endroit où ils étaient ! Le saviez-vous : On retrouve toujours ce qu’on cherche au dernier endroit où l’on cherche, sinon, on serait toujours en train de chercher.

12h0­6 : On pense à Cathy (depuis le temps qu’on se connaît, on est devenu intime)

12h33 : Il est un peu trop tôt pour manger, cela nous trouble, on décide donc d’attendre 26 minutes avant de commencer à manger.

12h59 : Les melons sont coupés, la table est dressée, il est l’heure de manger ! Nous mangeons sensiblement la même chose qu’hier mais en différent. Une spécialité locale est au menu : La soubressade ! ça ne vaut pas le farçou aveyronnais.

Pour vous expliquer rapidement : un pâté au chorizo !

13h46 : Kévin², Alex et Matéo auraient bien envie d’un petit café, heureusement, il y a un petit restaurant au camping qui sert des cafés ! Malheureusement, ce restaurant est fermé. Selon la DRDHO (Direction Régionale Des Horaires et des Ouvertures) cet endroit fait partie des lieux ayant les horaires d’ouvertures les plus aléatoires de la région. C’est bien ce qui fait son charme

14h02 : Nous partons donc en quête d’un cafruit, c’est exactement comme un café mais offert par des voisins en échange de quelques fruits que nous avons en trop !

14h06 : Nous trouvons de gentilles personnes qui nous offrent 4 cafés en échange de rien du tout, juste quelques sourires et un petit papotage !

14h12 : C’est l’heure de la baignade au camping ! Nous commençons à connaître les moindres recoins de ce lac, de eau en bas !

14h25 : nous faisons exactement la même chose que l’année dernière à la même heure. Et là deux solutions s’offrent à vous : soit vous relisez le résumé de l’année dernière sur le site internet maisonenfance64.fr soit je vous met ce qu’on fait mais dans une langue étrangère dont je dis pas le nom et vous vous débrouillez avec Google traduction ou reverso.

14h26 : noi barpottons, este un amestec inteligent de a stropi și de a discuta în jurul unei boye destul de galbene. Multumesc ca ai jucat jocul si poti comenta pe facebook o mica nota pe care o vom transmite copiilor tai, facandu-i mandri de parintii lor

14h59 : L’eau est sacrément bonne ! Comme hier mais en mieux, sans aucune raison. Ca plouf, ça plonge, ça nage, ça flotte !

15h58 : Nous apprenons qu’une amie de la fille de Bruno, le patron du camping, est très amie avec la fille du premier ministre qui habite, rappelons-le dans le village voisin. Vous faîtes ce que vous voulez de cette information.

16h32 : Il fait chaud. Vraiment chaud. Vraiment.

16h57 : L’heure d’extraire les corps de l’eau est arrivée pour commencer le grand ballet des douches et des mises sur son 31, ce soir c’est restaurant !

17h52 : La joyeuse compagnie des 32 est fin prête ! Ce soit nous allons manger dans un restaurant Libanais !

18h17 ! En rouuuuuute pour Perpignan ! Nous reprenons tous les mini-bus pour la première fois depuis le début du séjour ! C’est une information.

18h18 : la troupe se découpe en 2 catégories, ceux qui vont dans un super marché pour le petit dej de demain qui ressemblera à celui du jour, et le second groupe qui part à la cave de Vinça pour acheter de l’huile d’olive du village voisin.

18h22 : pas de chance, ils ne vendent plus d’huile. Dans le doute on prend 2 containers de vin encore plus local. L’achat était autant pendentif qu’escargot. CF 9h12 mais en pire.

18h26 : une voiture d’Italie nous coupe un peu la route, on gère, néanmoins la vengeance du destin sera terrible, on aperçoit un portable voler sur la voie rapide, et oui les ritals ont fait tomber cellulaire de type cher. Un peu comme Kalya.

19h02683 : cette heure n’existe pas, mais on ne sait pas vraiment quelle heure il est au moment où l’on passe à côté de Millas.

19h35 : on tourne à droite, puis gauche, puis droite et on arrive sur le parking du lycée Arago. C’est un parking noté 3 platanes sur notre classement des parkings pour l’épaisseur de ses lignes, pour son absence de limite de hauteur, pour la hauteur du soleil la nuit et pour l’absence de parcmètre arachnophobe  

François Arago  est un astronomephysicien et homme d’État français, né le 26 février 1786 à Estagel et mort le 2 octobre 1853 à Paris.

Il est l’aîné et le plus célèbre de sa fratrie, les cinq autres étant Jean (1788-1836), général au service du MexiqueJacques (1790-1855), écrivain et explorateur, Victor (1792-1867) et Joseph (1796-1860), militaires, et Étienne (1802-1892), écrivain et homme politique.

19h52 : avec 8 minutes d’avance, mais qu’est-ce qu’on est en avance en ce moment. (Si ça se trouve on va rentrer à Billère hier) nous arrivons au restaurant libanais situé à deux pas d’un grand musée aussi patiné que sexagénaire.

20h06 : nous voilà tous bien assis sur les chaises iconiques du restaurant Libanais bien agréable. On aurait pu faire plein de blagues sur le lit banc mais vu le contexte on n’a pas osé.  

20h06 : le repas se passe sous forme de buffet, non pas servi pas Marie-George mais pas les jeunes eux-même. Pleins d’entrées comme des taboulés, des houmous, des caviars d’aubergine, une belle salade de tomate un peu orientale…

20h39 : les plats chauds tels que le poulet de 15 kg, la merguez, la kefta, les brochettes et les légumes mijotés sont engloutis plus vite qu’une file d’attente à la poste sous covid

20h49 : le poulet était en effet de l’épaule de mouton cuit durant 5 heures.

21h06 : on ne prendrait pas un petit dessert ?  mini ribambelle sucré avant une douce adition

21h38 : on se met en face d’une statue rigolote pour le mot du jour, bien dérangé par quelques passants, mais on survit

22h 04 : fin du mot du jour, il reste 4 minutes à pied pour rejoindre les mini bus.

22h08 : on remonte dans les bus et on aura eu plein de choses chelou dans cette mini soirée à Perpi. Je me suis un peu vu en train de descendre la rue du 14 juillet à Pau et toutes ces spécialités locales.

Minuit 02 : Gabin se lève pour aller aux toilettes et tombe, belle fin de journée.

Minuit 08 : un chat miaule trop fort. Pas besoin de chercher le cri du chat sur internet. Néanmoins on vous donne le prix d’un chat : 0 à 50 € pour un chat électron et jusqu’à 300 € pour un chat visa premier.

Pour finir sur une bonne note heureuse voici les endroits où la consommation du chat pour sa viande est autorisée mais nous n’avons malheureusement pas pu trouver le prix du chat au kg :

Argentine

La viande de chat a été consommée dans la ville de Gran Rosario (es) en Argentine durant la crise économique de 1996. Comme les habitants de la ville le disaient aux journalistes, « ce n’est pas dégradant de manger de la viande de chat, ça remplit l’estomac d’un enfant »

Indonésie

La viande de chat est consommée dans la ville chrétienne de Manado, au nord de l’île de Sulawesi, et est appelée ikang tusa. Mais des manifestations sont régulièrement organisées afin de mobiliser l’opinion publique contre cette habitude alimentaire.

Corée

En Corée, la viande de chat est bouillie et utilisée comme fortifiant et comme remède populaire contre la névralgie et l’arthrite, mais la viande n’est pas consommée pour elle-même

Australie :

Les aborigènes d’Australie de la région d’Alice Springs rôtissent ou cuisinent en ragoût les chats sauvages. D’autres habitants de la région ont pris cette habitude se justifiant par le fait que les chats sont « une menace sérieuse à la faune endémique d’Australie ».

Cameroun :

Dans certaines cultures camerounaises, il existe une cérémonie spéciale où des chats sont mangés pour apporter de la chance26.

Dernier tour de piste !


8h02 : Prshought. Quelque part dans le camping, une branche tombe. 

8h39 : les premiers animateurs se lèvent tous ensemble pour souhaiter une bonne fête à Christophe qui n’est pas là. 

8h52 : Mattéo se lève et Alex lui dit «  Mattéo, Mattéo, il est 11h30, t’abuse un peu non ? »

Mattéo se confond d’excuses et se demande comment ce fait-ce !!!

8h53 : Mattéo se rend compte qu’Alex lui a fait une petite supercherie. Il se demande si on est bien à Vinça, depuis combien de temps le monde lui ment. S’appelle-t-il réellement Mattéo ? Est-ce que son short à fleur est vraiment apprécié de tous ? Est-ce que cette coupe de cheveux était la bonne ? A-t-on vraiment 32 enfants ? Est-ce que le ciel est vraiment bleu ? Est-ce que le bleu ne serait-il pas du rouge et inversement proportionnel ? Sommes-nous bien en France ?  6 fois 7 font-il bien 42 ? C’est la tête dans ses bras que Mattéo commencera ce vendredi 21 août. 

9h12 : L’avant dernier petit déjeuner de ce magnifique camps fût sucré/salé comme à notre habitude. La poitrine fumée tutoie la chiffonade de jambon sur notre plancha, tandis que les œufs se brouillent. Nous avons bien tenté de les réconcilier, vraiment, mais en vain. Nous avons même appeler l’Homme Melette, réputé pour sa faculté à rassembler les œufs brouillés, mais rien n’y fera. « Je suis arrivé trop tard » a-t-il dit d’un ton austère. Nous nous sommes donc ravisé et ce sera bien « brouillés » que nous mangerons nos œufs. 

9h48 : Ce petit déjeuner n’avait de « petit » que le nom, car nous voilà la panse bien remplie pour attaquer cette journée Vinçatienne ! Et avec quoi attaquons nous une journée Vinçatienne ? Oui … Oui ? Au fond à gauche prêt du radiateur ? Une … Une … Béquille. Noon ! Une … Une … Bai …Gnade ! Bravo, vous remportez un demi magret mi-cuit avec sa fleur de sel. 

10h16 : Nous voilà donc allo sans même avoir décroché ! Ca saute toujours aussi loin, toujours aussi haut ! Les « ploufs » sont d’une pureté absolue. Des frissons parcours encore nos corps quand nous nous rappelons le son de ces « ploufs ». Si seulement nous avions pu enregistrer. Rahh, si seulement … 

10h28 : Pendant ce temps-là, une équipe d’irréductibles chasseurs sont partis en quête de notre pause déjeuner ! Sur leur route, ils ont eu la chance de croiser la route du meilleur ouvrier de France, aussi souriant qu’une baguette trop cuite mais avec de très bonnes baguettes tout de même ! 

11h13 : Il y a deux minutes, il était 11h11 mais ceci n’est pas une information des plus pertinentes. Par contre, savoir que les chasseurs sont rentrés de la chasse au pique-nique, ça, ça nous intéresse ! Vous voilà donc informé ! 

11h36 : Les chasseurs de pique nique rejoignent donc les quelques « ploufeurs » du lac ! 

12h06 : On pense à Catouille ! 

12h18 : A la douuuuuuche ! Nous décidons de prendre               le repas de midi hors du campement pour aller chercher l’exotisme de ce pays Occitan ! 

12h47 : Nous sommes sur la route du déjeuner, l’air est sec, le soleil donne, de l’or intelligent, le soleil donne, la même couleur au gens, gentiment…

12h84 : Nous sommes enfin au sommet de Força Réal ! Après une montée des plus rudement bien menée par nos quatre fidèles destriers, nous sommes enfin au sommet de Força Réal, mais ça vous le savez déjà car ce paragraphe a commencé par cette information. 

13h57 : Nous entamons le diner du midi ou le repas espagnol sous le feu des projecteurs, à moins que ce soit des arbres … Oui, au loin, nous apercevons le Nain Sandy. Il n’a pas l’air méchant aux premiers abords mais si on l’approche de trop prêt, il devient un peu chaud. 

14h18 : Un enfant fait remarquer que  les mouches sont fat (gros en anglais) ici. Non, Ayman, ce sont des aigles. 

14h39 : les helico et l’avion arrivent pour éteindre l’incendie lointain, la dizaine de camions de Sapeurs pompier aussi. Ça rassure Malko qui avait un peu peur quand même.

14h42 : NON Aymen, c’est pas une grosse hirondelle mais un helico

15h08 : un café, non évidemment pas. Mais les chasseurs du matin ont fait un investissement totalement nécessaire : une cafetière à poussoir. Mais comme on n’a pas de plancha, ni réchaud sur place on ne peut rien en faire à part un panier de boulette de papier mais là sur le coup c’est pas super utile. 

15h16 : nous remontons dans nos 4 mini bus qui, rappelons-le s’appellent vaillant le bleu, black panthère, maussade le gris et Edouard le déluge en vue d’un voyage à Perpignan city pour le cinéma du séjour, avec clim intégrée, siège molletonné, tapis antidérapant… il est noté 4 Maïs sur notre classement des cinémas pour la chauvitude des agents de sécurités plus nombreux que les clients, pour les leds à chaque marches, pour la qualité des pubs pour des magasins qu’on ne connait pas ( et ça change de Batterie 64, le tajiner, la piscine de Mourenx, le coiffeur manque pas d’hair…), pour son parking surterrain…

15h46 : on arrive au Méga castillet, le cinéma de perpi et nous et nous choisissons les 4 films proposés : La belle fille, the rental, green land et enragé. 4 chef-d’œuvre à regarder un mardi à 15 h pendant le prochain confinement. 

16h30 : the rental : Un homme chauve tue tout le monde sauf le chien.  Enragé : Une femme se fâche au feu rouge avec un gars qui pour se venger tue tout le monde. Green land : film apocalyptique avec un météorite méchante et Belle sœur : comédie française d’une femme qui fait croire à une vielle qu’elle est sa belle fille. 

NON Ayman c’est pas une autruche mais une météorite. 

18h06 Alex qui a fini son film un peu plus tôt va chercher des cafés et est accueilli avec amour par ses collègues. 

18h12 : nous reprenons encore nos véhicules pour un retour vinçanais (information non officielle) pour rentrer dans notre camping préféré. Nous traversons donc Perpignan dans l’autre sens qu’à l’aller évidemment, on est toujours pas en panne et ça c’est franchement bien.

18h41 : l’incendie de l’aller sur la commune de calce est terminé, ils changent le nom en commune de calciné. 

19h04 : nous sommes au camping après des chansons épiques dans les 4 véhicules. Les démons de minuits, je t’emmène au vent, ho JAJA, Larry enfant compliqué. 

19h16 : les douchent lavent vos enfants  pendant que les poissons nagent dans le lac et que Jean qu’on a vu lundi se prépare à son apéro de vendredi soir avec toutes les réponses à ses questions car il a lu le résumé d’hier. 

19h46 : nous sommes en route vers le snack pour un frugal repas après la traditionnelle balade pré digestive. 

20h02 : Nous arrivons au Snack et Alex esquisse un sourire après notre virage à gauche … Oui, la maitre nageuse est là.  Pas de chance, probablement éblouie par son charme naturel et pensant Alex inaccessible, elle préfère partir vers d’autres contrées. 

20h13 : pendant que les animateurs travaillent sur le trajet de demain, les ados prennent le temps de rien faire en pensant à leur retraite et à leurs placements immobiliers au Bengladesh en gardant un œil sur les cours du cac 40 entre deux parties d’actions ou vérités. 

20h28 : les lasagnes maisons arrivent : Elles sont plus bonnes que chaudes. Dommage, leur froideur relative laissera les gourmets sur leur faim. 

21h12 : le repas est vite, trop vite englouti et la glace plus froide que les lasagnes (mais pas de beaucoup) achève ce repas. 

21h48 : voilà nous venons de finir ce mot du jour qui était autant escamotable que bielorusse. Faites comme Jean regardez le  résumé d’hier à 9h12.*

22h09 : on lance une beach party ! au programme, du sable, des amis, de la musique mais pas que… des fois il y a wejdene aussi ..  coco les calçons sales toussa toussa. Wejdene pour ceux qui ne connaissent pas, c’est celle qui a inventé l’auto plagiat. Vivement son troisième tube qui sera à coup sûr plus chaud que les lasagnes du snack.

Minuit moins 62 : nos 32 adolescents préférés et leurs 4 animateurs préférés se lavent toute les dents de gauche avant d’aller rejoindre morphée. 

23h58 : En écrivant le résumé au bord du lac nous nous demandons pourquoi il y a si peu de moustiques. Peut-être ont-ils peur de la COVID-19 ? Le port du masque les empêchent-ils de travailler efficacement ? Ecoutent-ils la radio 100% ? L’arrêté préfectoral anti-moustique marche-t-il vraiment ? S’acharnent-ils sur les deux vaches du drapeau bearnais ? Ou-est-ce des chauves-souris sorties de Jumanji s’occupent-elles de tout ratisser ? 

Malheureusement nous ne sommes pas parvenu à arriver à Billère hier donc nous arriverons demain entre 18 et 19h si bison futé nous le permet.

Perpignan 2020